Les bénéfices d'un espace rangé pour un enfant : Plus de concentration

Comment donner le goût de ranger à mes enfants ?

Range ta chambre  ! Ramasse tes crayons  !

Autant d’injonctions qui, la plupart du temps, n’ont pas vraiment le résultat attendu. Mais pourtant il va falloir ranger les Playmobils qui traînent par terre. Les livres qui s’empilent tellement qu’on ne les voit plus. Le circuit de train qui a été relégué au fond d’une armoire et avec lequel les enfants ne jouent plus car la moitié des pièces ont disparu on ne sait où. Et puis pensons à notre santé mentale. Après une longue journée de travail, je rentre chez moi et je vois tout ce bazar, alors que je n’aspire qu’à une seule chose  : un espace épuré où je vais pouvoir me reposer tranquillement et me ressourcer une fois les enfants couchés. Mais malheureusement, c’est tout le contraire. Le désordre que créent les jouets semble s’accumuler et empirer de jour en jour. Á chaque anniversaire, fête de Noël ou autre, des jouets s’ajoutent à la quantité déjà extraordinaire que nous avons accumulée au fil des mois et des années.

Ranger n’est pas une activité d’enfant

Pour un enfant, ranger ne veut rien dire. Avoir un espace avec ses jouets éparpillés un peu partout, c’est normal, c’est son monde à lui. Il ne voit pas l’intérêt de remettre les Legos dans leur boîte de rangement ou de ranger les poupées sur l’étagère. Pourquoi ne pourraient-elles pas dormir sur le sol de la chambre  ? Pourquoi ranger les chaussures dans l’armoire alors que le lendemain matin il faudra aller les rechercher  ? Á nous de le lui expliquer, simplement mais clairement Et de lui donner de bonnes habitudes de rangement.
Je vois du désordre, il voit une cabane perchée sur une montagne qui va abriter la Pat Patrouille lors de leurs aventures…

Ranger n'est pas une activité d'enfant
Ranger n'est pas une activité d'enfant

Les bénéfices d’un espace rangé pour un enfant  :

Plus de concentration

C’est incontestable, un espace rangé est très bénéfique pour un enfant. Il est démontré qu’un espace en désordre ou encombré nuit à la concentration des enfants. On remarque d’ailleurs dans les écoles une tendance à épurer et avoir moins d’affiches sur les murs, avec moins de couleurs. Cela aide l’enfant à se concentrer sur sa tâche et à mieux apprendre.

Et à la maison c’est la même chose. Un espace avec trop d’objets, que ce soient ses jouets ou d’autres objets du quotidien, va nuire à son apprentissage. N’avez-vous d’ailleurs pas remarqué que votre enfant prendra plus de temps le matin à se préparer quand il y a plein de distractions autour de lui ? Le moindre objet peut l’emmener dans un nouveau monde imaginaire et il est alors difficile de le ramener à la dure réalité de devoir mettre ses chaussures et son manteau. Donc un espace désencombré va vous aider à respirer mais aussi à accélérer la routine du matin… Je sens que j’ai votre attention ! 🙂

Lui donner des valeurs de respect

Apprendre à son enfant à organiser ses affaires, à les ranger c’est aussi lui apprendre à en prendre soin. C’est lui apprendre la valeur des choses, que chaque objet a été acheté, avec de l’argent et du temps et qu’il faut y faire attention. Valoriser la personne qui a offert cet objet. Les ranger soigneusement aussi pour les faire durer plus longtemps et minimiser leur impact environnemental.

Apprendre à s’organiser

Lui donner les clés pour ranger ses affaires c’est lui donner de bonnes habitudes pour plus tard. Il pourra lui-même organiser ses objets, les trouver plus facilement et ne pas subir les inconvénients d’une maison en désordre.

Les bénéfices d'un espace rangé pour un enfant : Plus de concentration
Les bénéfices d'un espace rangé pour un enfant : Plus de concentration

Désencombrer avant tout

Pour avoir moins à ranger et aussi moins de désordre, la clé c’est le désencombrement. 90% des problèmes de désordre sont résolus après un bon désencombrement.
S’il n’y a que 10 jeux rangés dans le salon, il ne peut y avoir que 10 jouets qui traînent sur le tapis du salon. Si vous en avez 50 rangés dans le salon…

Leur montrer l’exemple

Il m’est déjà arrivé de coacher des personnes qui me demandaient d’aider leurs enfants à ranger. Mais leur propres affaires n’étaient pas vraiment rangées.
Un enfant imite les personnes qui l’entourent et en premier lieux ses parents. C’est sa manière à lui d’apprendre et d’évoluer. Donc si vous désencombrez vos propres objets et que vous les organisez de manière logique, votre enfant va intégrer cette manière de fonctionner et à un moment vous imiter, il est programmé pour agir ainsi. Je n’ai pas dit qu’il rangera parfaitement ses Playmobils par catégorie, il a ses propres capacités, dictées par son âge, ses compétences et sa personnalité. Certains enfants (comme les adultes d’ailleurs) ont une très bonne capacité à organiser, ils aiment ça. D’autres n’ont pas cette logique, au profit d’autre compétences.

Comment vois-je le rangement  ?

Encore faut-il le faire avec plaisir. Si vous rangez en rouspétant, ça montera à votre enfant que ce n’est pas une tâche agréable qui n’est pas digne d’être réalisée.
Quand je ronchonne au quotidien car il faut faire la vaisselle, ranger mes vêtements, faire les lessives, etc. Quelle impression cela donne-t-il à mon enfant ? Ça ne va clairement pas lui donner envie de s’y mettre.
Prendre soin de sa maison c’est prendre soin de soi et de notre famille. N’avez-vous pas un sentiment positif quand la maison est rangée et propre ? Quand vous avez accompli une tâche ? Essayez de retrouver ce sentiment positif. Le jour où j’ai vu le livre de Dominique Loreau «  Faire le ménage chez soi, faire le ménage en soi  » ça a complètement changé ma vision du ménage (elle est forte Dominique, rien qu’avec un titre elle arrive à impacter les gens !  »). Alors peut-être que vous n’arrivez pas encore à trouver un plaisir fou à ranger la salle de bain après une semaine épuisante, je le comprends. Mais évitons d’exprimer un dégout total pour ces tâches. Faisons-le avec naturel, en toute simplicité.

Moins de jouets c'est un intérieur plus rangé

Des habitudes

Ranger tout de suite un objet quand on a terminé de l’utiliser, c’est la base pour avoir moins de désordre flagrant. Il faut voir une action avec son rangement qui y est lié. Et non 2 activités séparées.
Par exemple, quand l’enfant met son pyjama le soir, le rangement des vêtements de la journée doit faire partie intégrante de cette action. Ça doit être automatique  : le matin je m’habille et je range mon pyjama, l’un ne va pas sans l’autre. Quand j’enlève mes chaussures, je les range dans l’armoire.
Si on arrive à avoir cette façon de fonctionner, le désordre flagrant disparaîtra presque complètement et les sessions de rangement deviendront très courtes.
C’est évidemment plus facile pour des petites choses comme ranger le pyjama que pour toute la cuisine dans laquelle on vient de cuisiner un repas gastronomique. Mais commençons petit.

Répétition

Pour que votre enfant arrive à ce type de comportement, il faudra le lui répéter des dizaines voire des centaines de fois… Mais je vous assure qu’il finira par l’intégrer si vous êtes régulier, il faut le dire et le faire à chaque fois que l’objet est utilisé. L’enfant a besoin de répétition. Et toujours de manière positive, c’est difficile mais c’est la seule manière pour que ça fonctionne, tout en restant
bienveillant avec son enfant.

C’est pour cela qu’il ne faut choisir que quelques petits gestes à la fois.
Je partage avec vous ma petite victoire, ma fille a l’habitude de ranger son sac de l’école et amener boîte à tartine et gourde à la cuisine quand on rentre le soir. Il faut encore parfois le lui dire, mais un mot suffit, elle le fait car c’est normal. Elle met ses vêtements sales dans le panier à linge au moment de les enlever pour enfiler son pyjama, elle ne rechigne jamais, c’est ainsi.

Des habitudes de rangement
Des habitudes de rangement

Un enfant reste un enfant

Est-ce que ces conseils vont faire que votre enfant va ranger tous ses jouets, quotidiennement, dès demain, sans le lui demander ? NON.
Est-ce que ça va l’aider à ranger un peu plus ses jouets  et à retrouver une maison plus rangée ? Oui.
Un enfant reste un enfant, avec sa dose de créativité, sa propre personnalité, ses humeurs. Pendant une semaine, il rangera peut-être tout parfaitement et la semaine d’après plus du tout. C’est comme quand il raffole des brocolis pendant 3 jours et ensuite plus jamais… Lâcher prise est de mise, on fait avec, on sait que ça ne durera pas, profitons-en ! 😉

Comment ça se passe chez vous ? Est-ce que vos enfants rangent ? N’hésitez pas à me le dire en commentaire.

Crédits photos  : Pexels


Le magasin nous vend des intérieurs de rêve, mais une fois l'objet de décoration ramené à la maison le désordre est toujours là.

IKEA, la solution pour moins de désordre ?

La semaine passée, je suis allée dans ce (très) grand magasin de meubles suédois à la marque jaune et bleue. Comme à chaque fois, je suis ébahie par ces lieux de vie. Tout est beau. Tout est bien rangé. Les rangements sont idéaux. Ces espaces sont chaleureux et aucun désencombrement à faire. On s’y sent tellement bien qu’on aimerait y vivre. Et si on faisait de même chez nous ? On pourrait acheter ce beau meuble, ces beaux cadres pour mettre de la vie sur nos murs. Ce plaid pourrait donner un aspect plus chaleureux à notre salon. Cette vaisselle plus jolie que la nôtre donnerait tellement bien dans notre cuisine. On se sentirait alors aussi bien chez nous qu’au magasin, non ? On n’aurait plus le sentiment d’étouffer dans notre désordre perpétuel.

Et puis ça rappelle notre enfance, le magasin n’a pas beaucoup changé, je me souviens avoir arpenté les rayons étant petite, en chipant des crayons et des mètres en papier à l’époque où on pouvait les prendre gratuitement. C’était très amusant, un beau terrain de jeux pour une petite fille de 8 ans.

Le magasin nous vend des intérieurs de rêve, mais une fois l'objet de décoration ramené à la maison le désordre est toujours là.
Ikea rêve ou cauchemar ?

Où est la réalité ?

On déambule à travers ces lieux de vie créés de toutes pièces. Mais où, il est utile de le rappeler, personne ne vit. Le soir, lorsque les lumières s’éteignent, personne n’y mange, il n’y a donc jamais de vaisselle sale à laver. Aucun enfant ne revient du parc avec les chaussures pleine de terre, il ne faut pas laver le sol. Personne n’y travaille, il n’y a pas de courrier à traiter et donc pas de piles de papier qui jonchent la table du salon. Personne ne prend de douche, il n’y a pas de serviette de bain qui traîne au sol. Et personne ne s’habille, il n’y a pas de lessives interminables à faire. Et surtout, il n’y a pas les objets accumulés au fil des années, les souvenirs et les montagnes de vêtements à stocker quelque part.

Regardez à l’intérieur des armoires.

Observez les photos de ces beaux catalogues de meubles et de décoration d’intérieur. Qui n’a que 2 pantalons et 3 t-shirts ? Regardez ce beau porte-manteau, oui il est joli avec seulement 2 manteaux. Mais une fois ramené à la maison, on y pendra 9 manteaux, 4 sacs, 2 parapluies, 5 chapeaux… L’effet ne sera certainement plus le même. Ce plan de travail de cuisine, que c’est beau quand il n’y a pas de vaisselle sale, qu’il n’y a que 3 objets décoratifs. On respire.

Qui a seulement 1 chapeau et 1 sac accroché à son porte manteau?

Sentiment contradictoire

J’admire, j’observe et puis je suis prise d’un grand sentiment contradictoire. Car à côté de cette promesse d’un intérieur plus serein, ce magasin promeut des valeurs tout à fait contraires aux miennes. De la surconsommation. On nous encourage à acheter plus et encore plus. Les slogans sont clairs, changer de style quand bon vous semble. À chaque saison l’opportunité de changements, de promesses de mieux chez soi. Hop un nouveau plaid et le salon sera plus agréable. De nouvelles boîtes de rangements et notre désordre sera tellement bien organisé dans nos armoires.

Plaisir éphémère

Et on l’a tous vécu, ce sentiment de bien-être ne dure pas plus que quelques minutes. Une fois le plaid installé sur le canapé viennent le rejoindre les jouets des enfants, les livres sur la table du salon et les chaussons qui traînent sur le sol… Bref, mon moment de sérénité a duré… 5 secondes. Ce n’était pas vraiment le résultat espéré.

Et l’écologie ?

On nous vend du plaisir éphémère qui est totalement nocif pour l’environnement. N’oublions pas que peu importe l’objet, sa production aura toujours un impact sur l’environnement. Pour le réaliser, on aura produit des déchets, consommé des ressources (pétrole, bois, métaux,…), on aura consommé de l’eau et de l’énergie (encore du pétrole), on aura dû transporter les matériau et le produit de l’usine à un lieu de stockage et du lieu de stockage au magasin et du magasin à votre maison (encore du pétrole).

Toujours plus

Le magasin nous pousse tellement à consommer qu’on ressort toujours avec plus que ce qu’on avait prévu. Qui est déjà allé dans ce magasin avec 1 seule chose à acheter et est ressorti avec bien plus que prévu ? Pour le coup, je suis assez fière de moi car j’ai plutôt tendance à faire l’inverse. J’ai en général quelques objets à acheter, mais une fois dans ce magasin, la vue de cette hyper consommation me dégoute. La qualité médiocre des objets en plastique me déçoit et en général j’achète moins d’objets que prévu.

Acheter moins que prévu est-ce possible chez ikea ?
Acheter moins que prévu est-ce possible chez ikea ?

La VRAIE solution

Oui ce magasin ou d’autres marques de meubles de rangement, peut nous aider à mieux organiser les objets qui nous sont chers, qui nous sont utiles et qui apportent du positif dans notre quotidien. Mais pas pour organiser ces objets qui s’accumulent, s’entassent et nous étouffent. Le désordre ne se range pas, il s’élimine. Après avoir bien désencombré, on peut éventuellement faire un saut dans un magasin de meubles pour y trouver des solutions de rangement efficaces. Mais seulement après. Tant que vous n’avez pas bien désencombré, il est inutile d’acheter de nouveaux meubles, vous ne savez pas ce dont vous avez réellement besoin. Et c’est l’erreur que font la plupart des personnes qui souhaitent ranger et organiser leur intérieur.

Seconde main pour plus d’écologie

Encore mieux, si vous souhaitez minimiser votre impact écologique, il faut vraiment privilégier le seconde main. Et avec des marques comme Ikea, il est facile d’acheter en seconde main car on connaît parfaitement la valeur du neuf, les caractéristiques de l’objet, visibles sur le site, donc on sait ce qu’on achète. Chez nous, une grande partie de nos meubles sont achetés en seconde main, dont quelques uns de chez IKEA, car oui dans 60m2 certains meubles nous permettent de ranger plus efficacement. C’est toujours mon premier réflexe quand je souhaite acquérir un nouveau meuble (et n’importe quel objet d’ailleurs), voir s’il est disponible en seconde main. Parfois cela demande de patienter avant de trouver l’objet idéal. Il est intéressant de créer une alarme sur les sites de vente de seconde main pour ne pas rater l’occasion rêvée.

éliminer le désordre en achetant de nouveaux rangements, est-ce une bonne idée ?
éliminer le désordre en achetant de nouveaux rangements, est-ce une bonne idée ?

Les bonnes questions avant d’acheter

Ikea c’est une histoire d’amour et de haine incessante. D’une part, on veut absolument l’éviter et le boycotter et d’autre part, les solutions pour notre intérieur sont parfois intéressantes. Encore une fois moins sera toujours mieux. Bien réfléchir avant d’acheter, en ai-je vraiment besoin  ? C’est dans la plupart des cas plus une envie qu’un besoin. Et souvent l’envie d’acheter se dissipe avec le temps. Quand cette envie persiste se demander si je ne peux pas l’acheter en seconde main  ? Si je ne le trouve pas en seconde main, ne pourrais-je pas le trouver dans un magasin vendant des meubles plus durables, produits avec des matériaux plus nobles, comme un meuble en bois massif, éco-certifié  ?

Crédits photos  : Ikea, Pexels, Porapak Apichodilok, Atbo, Alexander Isreb.


Faut-il trier avec son enfant  ou pas ?

Le salon est devenu une salle de jeux. Les tiroirs de la chambre de votre progéniture débordent de trésors et de créations en tout genre. Il devient vraiment difficile de ranger quoi que ce soit, peut-être même d’accéder aux rangements. Pas étonnant que Petite Chérie n’arrive plus à ranger ses jouets. Bref, il va sérieusement falloir penser à trier si on veut survivre dans notre maison. Vous avez peut-être déjà essayé de trier mais votre enfant est un peu têtu et semble attaché à chaque caillou, ficelle, jeux et doudous accumulés au fil des années.

Étant une maman qui veut le mieux pour votre enfant, vous vous dites qu’il faut trier avec lui, lui apprendre de bonnes habitudes et lui montrer l’exemple. Oui mais vous avez essayé de trier avec votre enfant de 3 ans et vous n’êtes arrivé qu’à trier 2 jouets par heure. Á ce rythme, vous n’allez jamais arriver au bout des jouets. Le stress augmente car vous vous demandez comment vous allez faire dans 10 ans quand il y aura 10 voire 20 fois plus de jouets à trier.

Un salon qui ressemble à une salle de jeux? Ce n'est pas une fatalité !

Et puis, vous vous demandez si trier avec son enfant de 3 ans est vraiment une bonne idée.
Je comprends tout à fait  ! Je me suis dis la même chose et j’ai vécu la même chose avec mes deux enfants.

Tirer et se séparer sans que l’enfant s’en aperçoive  ?

En théorie, on ne jette pas un objet qui appartient à quelqu’un d’autre sans son accord. Au départ j’avais cette idée très louable quand ma fille est arrivée. Avec la pratique, je me rends compte que c’est impossible. Quand on voit le rythme de tri avec un enfant de 5 ans, ça veut dire que trier sa chambre va nous prendre 10 ans… Donc oui j’élimine des objets, ceux dont je suis certaine que ma fille ne joue plus avec, qu’elle a oublié. Souvent je les stocke dans un endroit où elle n’a pas accès et 1 mois plus tard si elle ne l’a pas réclamé (ce qui arrive quasiment toujours) je l’évacue. Étant donné qu’on ne fait rentrer que très peu de jeux, je ne dois pas le faire souvent. Mon plus gros challenge ce sont les dessins et les bricolages en tout genre. Les tout petits bouts de papiers car elle adore couper, couper et encore couper.

Trier et devoir prendre une décision est source de stress

Avant toute chose, il est important de se rendre compte que prendre une décision est une source de stress pour un enfant. Dans notre société, on a tendance à leur demander leur avis pour un oui ou pour un non, c’est stressant. Même pour nous, adultes, capables (plus ou moins) de gérer nos émotions, cela peut aussi s’avérer difficile quand il s’agit de trier nos objets. Alors imaginez pour un enfant de 5 ans encore incapable de gérer ses émotions, c’est difficile de décider quel doudou il va choisir. Plus petit est l’enfant, plus on va l’aider à prendre des décisions, quitte à décider à sa place, parfois même en son absence.

Moins de jouets c'est un intérieur plus rangé

Éduquer plutôt que de trier

L’objectif doit avant tout être d’éduquer l’enfant à trier. Que cela devienne une habitude positive ancrée dans sa vie, sa manière de fonctionner. Qu’il trouve naturel que les objets sortent aussi de la maison. L’objectif n’est pas qu’il trie tout, tout seul.
Voyez ça aussi comme un investissement, vous ne serez ainsi pas submergé par une tonne d’objets, de créations et de vieux trésors qu’il laissera derrière lui le jour où il quittera le nid.
Dans mon travail, j’ai vu énormément de chambres remplies de ces trésors et des parents qui n’osent absolument pas jeter un vieux cahier ou un vieux bricolage. Alors que le jeune, lui, est parti étudier et faire sa vie ailleurs et a bien d’autres priorités que de trier ces vieilleries.

Prendre des décisions pour plus de confiance en soi

Mais il faut aussi laisser l’enfant faire des choix. Ce sont ses objets, il a le droit de choisir. Laisser l’enfant faire ses propres choix lui donnera d’ailleurs confiance en lui. Il aura le sentiment de participer à des décisions qui le concerne, d’être maître de ses objets. Cela le responsabilisera aussi.
Le tout est de trouver un juste milieu entre choisir vous-même ou laisser l’enfant choisir, à vous de le trouver. Personne d’autre ne connaît mieux votre enfant que vous-même.

Laisser l'enfant faire des choix pour qu'il gagne confiance en lui

Petite astuce de tri

Je partage ici avec vous une petite astuce de tri si vous souhaitez désencombrer avec votre Petit Chéri. Utilisons les questions fermées : plutôt que «  quels jouets veux-tu garder  ?  », utilisez «  veux-tu garder le rouge ou le vert  »  ? C’est plus facile à répondre pour l’enfant, et stratégique aussi, car l’objectif est quand même d’éliminer certains jouets. Et ceci vaut pour d’autres choses d’ailleurs : «  veux-tu mettre ta robe bleue ou la rose  » encouragera plus Petite Chérie à s’habiller le matin, plutôt que «  habille-toi  !  ». Á bon entendeur…

De bonnes habitudes

Rien de tel que d’avoir des moments clés dans l’année où l’on trie. C’est souvent logique et rythmé avec les fêtes, les congés scolaires ou encore les anniversaires.
«  Tu vas avoir 6 ans, tu deviens grand, il y a sans doute certains jouets qu’on pourrait donner  ?  » «  Pour que Père Noël puisse t’apporter de nouveaux jouets, il faut faire de la place  ». Trier les dessins et les documents scolaires fin juin, une fois l’année terminée. Trier les vêtements au changement de saison, etc.
Ici Petite Chérie de 4,5 ans ramène plusieurs fois par an ses créations de l’école, j’essaye donc de trier le soir même, si je ne le fais pas directement, ça ne sera jamais fait… Ce qu’on garde je le mets dans une pochette plastique avec l’année et le prénom de la maîtresse, ça sera un chouette souvenir dans quelques années. Car bien sur on ne jette pas tout, on peut garder des souvenirs, mais en quantité limitée et bien rangés.

Les enfants peuvent trier

Prévenir plutôt que guérir

Trier peut s’avérer difficile aussi bien pour nous que pour l’enfant. Pour éviter ce travail parfois lourd émotionnellement, ne vaut-il pas mieux éviter que les objets rentrent chez vous  ? Il est souvent plus facile de dire non à un objet avant de le posséder que de s’en débarrasser plus tard quand l’attachement s’est fait.


Moins de draps pour plus d'espace de rangement et de simplicité au quotidient

Combien de draps devrais-je avoir ?

On m’a souvent posé la question  : combien de draps de lit devrais-je garder  ? Et la question peut s’adapter à toutes sortes d’objets. Combien de chaussures devrais-je avoir  ? Combien de verres et d’assiettes  ? Combien de crayons  ? Mais pour le linge de maison, c’est une question intéressante car force est de constater qu’on a souvent beaucoup (trop) de linge stocké dans nos armoires, sur lequel s’accumule la poussière et qui prend énormément de place, de l’espace qu’on aurait bien besoin pour d’autres objets, ou tout simplement pour respirer.

Et la réponse est très simple  : nous devrions garder la quantité de draps de lit qui nous est réellement utile.

Moins de draps pour plus d'espace de rangement et de simplicité au quotidient
Moins de draps pour plus d'espace de rangement et de simplicité au quotidient

Un seul set de draps, oui 1.

Personnellement en ce qui concerne les draps de lit, nous avons un set que nous utilisons au quotidien. Oui un seul set. Et un set en plus pour les invités car nous faisons de l’échange de maison, mais celui-ci est stocké dans le fond d’une armoire et n’est utilisé que quelques fois par an.
Pour les enfants en bas âge, c’est différent car les accidents sont encore fréquents. Tant que la propreté de nuit n’est pas acquise, c’est clairement utile d’avoir plusieurs draps de lit, mais cela ne dure qu’un temps (ouf!).

Comment faire avec un seul set de draps de lit  ?

Comment faire pour n’avoir qu’un seul set de draps de lit  ? Car oui je vous rassure nous lavons nos draps ! C’est très simple : on lave les draps le matin au saut du lit. On les fait sécher la journée et on les remet sur le lit le soir. En été, quand il fait assez chaud, nous les faisons sécher à l’air libre. Mais en hiver, nous utilisons notre séchoir à condensation, car dans un appartement de 60m2, sécher le linge à l’air libre pour économiser l’énergie est un vrai challenge, les draps ne sèchent pas assez vite. C’est une habitude, nous fonctionnons ainsi depuis plusieurs années, il ne nous viendrait pas à l’idée de faire autrement. C’est vrai qu’il m’a fallu un peu de temps avant d’éliminer complètement les draps en surplus, mais à force de faire ainsi j’ai été obligée de constater qu’ils ne servaient jamais.

Laver des draps et les remettre le soir

De l’espace récupéré

Ce qui veut dire que nous avons récupéré beaucoup d’espace de rangement. Si on a 2 sets de draps de lit, ils ne sont utilisés que la moitié du temps, si on en a 3 , 4 ou plus,  ils seront utilisés encore moins souvent. Cela vaut-il vraiment la peine de les garder  ?
C’est donc de l’espace qu’on a pu récupérer pour ranger plus aisément d’autres objets qui nous seraient utiles. Plus d’espace dans la garde-robe pour ranger nos vêtements du quotidien, plus d’espace pour respirer.
C’est un cercle vertueux. Plus on désencombre, plus ça devient facile de ranger les objets.

Moins mais mieux

Je vous entends déjà me répondre : «  mais j’aime bien changer mes draps pour changer de style dans ma chambre.  » Ha ! les sacrés magazines de décoration qui nous invitent à modifier notre déco à chaque saison, un ennemi pour notre portefeuille et la planète.
Pour y remédier, nous avons aussi choisi des draps de très haute qualité, avec des matériaux tellement agréables que nous n’avons absolument plus envie d’en acheter d’autres car ceux-ci nous plaisent vraiment.  Nous avons opté pour la marque Kalani, qui fabrique du linge de maison (draps de lit mais aussi linge de bain) de haute qualité et durable. C’est un coût plus élevé à l’achat mais qui sera rentabilisé car ces draps dureront longtemps. Et quand on achète moins, on peut se permettre d’acheter plus cher et de s’entourer de vraie qualité au quotidien, au final on est gagnant. Plus de qualité, plus d’espace, plus de sérénité.

Source image : Kalani Home

Oui mais…

J’entends déjà les questions, mais que faire si les draps ne sont pas secs à temps  ? Que faire si j’ai renversé un verre d’eau sur mes draps et que je dois les changer le soir  ? Et bien ces problèmes n’arrivent au final jamais.

Plus de créativité

Et quand bien même ça devrait arriver, on ressortira un plaid sur le lit, on ira chercher un sac de couchage. Bref, on utilisera notre créativité. Quand on a moins d’objets on est plus créatif, on fait avec ce qu’on a, car on a toujours assez d’objet chez soi. Mais des objets qui peuvent avoir plusieurs fonctions.

Prendre une décision sur base d’une peur n’est jamais une bonne décision. Il faut éviter la question «  mais que vais-je faire si une fois, sur toute ma vie, je renverse un verre d’eau sur mon lit et j’ai besoin de changer les draps et je n’en ai pas d’autres  ?  ».
La question qu’il faut vraiment se poser est «  mais que peut-il m’arriver de grave si je n’ai qu’un seul set de drap de lit  ?  ». Généralement la réponse est «  rien  !  ».

Qu’est-ce qui est le plus important : avoir la possibilité de changer de draps de lit, d’en avoir en réserve au cas ou  ? Ou d’avoir plus d’espace chez vous pour pouvoir ranger plus facilement, pour respirer et vivre plus sereinement  ?

Au final, l’objectif n’est pas d’avoir qu’un seul set de draps de lit, mais de prendre conscience qu’on stocke des draps qui sont utilisés très peu souvent et que l’on pourrait s’en passer facilement. Á vous de vous poser les bonnes questions  : combien de draps ai-je  ? Á quelle fréquence est-ce que je les utilise  ? Lesquels ne me plaisent plus  ?


éliminer le désordre en achetant de nouveaux rangements, est-ce une bonne idée ?

Plus d'armoires pour mieux ranger  ?

Si j’achète des armoires en plus, ça va m’aider à mieux ranger,  non  ?

Que c’est tentant quand on parcourt les belles pages d’un magazine de décoration ou les allées d’un grand magasin de meubles suédois. Et si j’achetais de nouveaux rangements pour y ranger tout ce désordre qui traîne chez moi  ? Ça ne serait pas la solution idéale  ? Je ne verrais enfin plus ces papiers qui traînent sur la table du salon, je les rangerais dans un tiroir. Au revoir  les chaussures qui s’entassent dans le hall d’entrée, elles seraient bien «  rangées  » dans une belle armoire. Je pourrais ajouter des étagères à ma bibliothèque pour y ranger plus de livres. Vous aussi vous avez ce genre d’idées qui vous traversent régulièrement l’esprit  ?

Mais n’avez-vous jamais acheté une nouvelle armoire  ? À priori elle est vide quand on la ramène du magasin. Si on l’achète en kit, on doit d’abord l’assembler, puis l’installer et on organise les objets qu’on avait prévu de ranger dedans. Le rangement ça nous connaît,  on a même acheté de belles boîtes pour ranger tous ces objets par catégorie, par taille ou même par couleur. Quelle satisfaction après quelques heures de travail, voilà l’ordre et la sérénité revenus  dans notre salon.

éliminer le désordre en achetant de nouveaux rangements, est-ce une bonne idée ?
éliminer le désordre en achetant de nouveaux rangements, est-ce une bonne idée ?

Des rangements remplis à 200%

Quelques jours plus tard, je tente de ranger un livre dans cette magnifique bibliothèque, mais horreur  ! Je n’y arrive pas  ! Il n’y a plus de place  ! J’avais quand même prévu le grand modèle de bibliothèque pour ranger aisément tous les livres et avoir encore de l’espace vide… Ce n’est pas grave, je n’ai qu’à ranger ce livre au-dessus de l’armoire… et c’est ainsi qu’on arrive à remplir nos armoires à 200%.

Le meuble de rangement était pourtant vide

Je regarde mon armoire et je ne comprends pas. Elle était pourtant vide 5 jours plus tôt quand je l’ai achetée. D’où viennent tous ces objets qui l’encombrent ???? Je ne me souviens absolument pas de l’avoir remplie.

Un nouveau rangement, tellement facile

Si vous vous retrouvez dans ce cas de figure, que vous l’avez vécu par le passé, vous comprenez donc qu’acheter de nouvelles armoires ne solutionne pas nos problèmes de désordre. On le sait bien, mais c’est tellement facile d’acheter de nouveaux rangements. C’est joli. C’est neuf. Ça sent le «  propre  ». C’est satisfaisant. C’est rapide.

Et je dois dire que je suis la première à admirer de beaux rangements et que parfois aussi l’envie d’acheter de nouveaux meubles me fait de l’oeil. Parfois je me dis que déménager dans un logement plus grand nous permettrait de cacher plus facilement ces objets qui traînent. Car dans un appartement de 60m2 à 4, ranger et désencombrer est une question de survie  ! Mais je sais au fond de moi que ce n’est pas la solution. Que la solution c’est de désencombrer. Point !

Désencombrer plutôt qu'acheter de nouveaux rangements pour éliminer le désordre
Désencombrer plutôt qu'acheter de nouveaux rangements pour éliminer le désordre

Et quand je vois ces grands logements, je me dis qu’on ne fera que les remplir avec des objets inutiles qui nous prendront notre énergie.

Je me rappelle  d’Ariane qui avait participé à un de mes premiers ateliers sur le rangement, ça devait être en 2016 ou 2017. Je l’ai croisée par hasard 2 semaines après et elle m’avait annoncé que grâce à l’atelier, ils avaient économisé des milliers d’euros. J’étais très surprise et j’ai vite compris quand elle m’a expliqué sa situation : ils étaient en train de planifier la construction d’une nouvelle maison avec leur architecte et ils avaient décidé, suite à l’atelier, de ne construire ni cave ni grenier. Ils s’étaient rendu compte que ces espaces allaient juste être utilisés à stocker des objets qui ne sont pas vraiment utiles. Ils ont évidemment économisé énormément sur leur projet de construction. Mais c’est aussi une économie future d’énergie à ne pas devoir ranger, déplacer, nettoyer, stocker des objets inutiles.

Et pour en revenir à notre armoire remplie à 200%, il  n’y a rien de pire, visuellement, que de ranger au-dessus des armoires, ça encombre l’espace. Voici donc une petite astuce très rapide pour aérer vos espaces, retirer les objets «  rangés  » au-dessus de vos meubles, vous respirerez déjà bien mieux.

Des armoires remplies à 200% encombre visuellement l'espace même si c'est bien rangé, on aura le sentiment d'étouffer
Des armoires remplies à 200% encombre visuellement l'espace même si c'est bien rangé, on aura le sentiment d'étouffer

Plus facile de ranger que de désencombrer

Et on le sait tous bien au fond de nous que ranger ne va pas solutionner notre problème. J’ai  vu des centaines de personnes en ateliers ou en coaching qui savent très bien aussi qu’il faut désencombrer et non ranger. Ranger on sait en général tous bien le faire. Acheter de belles boîtes. Catégoriser et ranger les objets dans les boîtes. Coller de belles étiquettes. Ordonner les boîtes dans nos armoires ou sur les étagères. On sait en général le faire. Mais désencombrer, ça c’est beaucoup plus difficile. Ça prend du temps. Ça prend de l’énergie. Ça coûte une certaine somme d’argent si on fait appel à une professionnelle pour aller plus vite, ou qu’on suit une formation pour avoir une méthode efficace. Mais quand on a la bonne méthode, un bon travail de désencombrement va résoudre nos problèmes de rangements à la source. Car désencombrer c’est la solution à 90% des problèmes de rangements.

Des rangements pour garder de l’ordre

C’est vrai que dans certains cas, des rangements adaptés, fonctionnels aideront à garder de l’ordre. Mais seulement et uniquement quand le logement est déjà bien désencombré et qu’on n’a gardé que l’essentiel. Dans les 10% des problèmes qui restent, un rangement adapté pourra résoudre le désordre. Exemple  : un vieux meuble avec des tiroirs qui s’ouvrent difficilement n’encouragera pas notre Petite Chérie de 4 ans à y ranger ses crayons de couleur. Si le tiroir est trop difficile à ouvrir, elle ne pourra pas l’utiliser. Opter pour un rangement plus facile à utiliser peut aider Petite Chérie à ranger ses affaires. Ajouter un meuble pour ranger les vêtements d’un bébé qui vient de naître, cela aussi a du sens.

Un espace serein pour se ressourcer après avoir désencombré et organisé nos rangements
Un espace serein pour se ressourcer après avoir désencombré et organisé nos rangements

La peur du vide

Mais acheter un meuble pour y cacher ces objets qu’on arrive pas à désencombrer, ça vous l’aurez compris, non et non.

Je le remarque depuis que je fais du coaching rangement chez des clients, et j’en ai vu des dizaines et des dizaines. Un seul constat, tous les rangements sont remplis à 100% (ou 200%…) quel que soit la taille du logement ou la situation familiale. L’humain a peur du vide et plus on a de rangements, plus on les remplira.

Cacher le désordre dans les armoires  ?

Vous allez me dire, mais ce n’est pas grave s’ils sont bien rangés dans les armoires.
Et bien le problème c’est que ces objets vont à un moment ou un autre, se déplacer dans la maison. Et ils vont probablement créer du désordre ambiant. Autant l’éviter.
Aussi, plus on a d’objets chez soi, moins on sait ce qu’on a. Et on aura tendance à racheter. Vous aviez acheté une belle paire de sandales l’été passé. Voici le soleil qui pointe à nouveau le bout de son nez. Si votre garde-robe fait 4 m de large, vous avez sans doute oublié cette jolie paire cachée dans une boîte à chaussures pendant tout l’hiver.
Par contre, avec une garde-robe de 2m de large, vous aurez plus de chance de la voir et de vous en rappeler et ne pas vouloir racheter une paire de sandales pour les beaux jours qui approchent.

Après le désencombrement

Une fois un bon travail de désencombrement fait, que nous avons gardé l’essentiel, uniquement les objets utiles ou qui nous font plaisir, qui crée du positif autour de nous. Alors à ce moment, on peut envisager d’acheter un nouveau meuble. Soit pour une question d’esthétique, car il nous semblera plus beau. Soit parce qu’avec les quantités ou la manière de ranger qu’on a adopté après le désencombrement, nos meubles ne sont plus adaptés. Ou parce que les meubles que nous avons sont difficiles à utiliser et ne nous permettent pas de ranger facilement.

Fini donc de craquer sur ces belles boîtes de rangement et ces beaux meubles supplémentaires, désencombrons pour éliminer définitivement le désordre.


Faut-il vraiment être minimaliste?

J’aime la couleur, la vie dans ma maison.

J’ai souvent entendu cette question durant les ateliers que je donne depuis des années et je l’entends avec une certaine appréhension, car tout le monde n’aspire pas nécessairement à un intérieur très épuré, voire minimaliste. Pour beaucoup d’entre nous, ce terme est synonyme de vide et le vide crée de l’angoisse.

C’est quoi le minimalisme ?

Prenons d’abord un peu de recul. Qu’est-ce que vraiment le minimalisme  ? C’est un terme tellement utilisé aujourd’hui qu’on en oublie sa vraie définition. Voici donc la définition du Larousse  : «  Recherche de solutions requérant le minimum d’efforts, de bouleversements (par opposition à maximalisme).  » J’en suis assez étonnée, tellement elle est loin des beaux concepts d’architecture d’intérieur ultra épurée. Et puis je me dis que chacun doit en faire sa propre définition en fonction de ses objectifs.

Appliqué à un travail de désencombrement, on pourrait dire que le minimalisme c’est garder l’essentiel, les objets qui nous sont vraiment utiles ou que l’on aime vraiment.

Vivre le minimalisme comme on le souhaite

Le minimalisme, bénéfique pour notre santé

Dans notre société d’aujourd’hui, nous avons tellement d’objets, de loisirs, de relations, de travail, d’informations que notre cerveau finit par saturer. Dans nos vies surchargées, il y a déjà tellement autour de nous, qu’on a besoin d’un espace épuré pour réduire le stress. Il est démontré que plus il y a d’objets autour de nous dans une pièce, plus le niveau de cortisol augmente. Le cortisol est l’hormone du stress. Avoir moins d’encombrement est donc bénéfique pour notre santé.

On le constate, le désordre peut générer un burnout parental ou un burnout au travail. C’est vrai que quand on n’a plus l’espace pour se poser on en arrive à un surplus. Ou à des dépressions, avoir trop de désordre peut donner un sentiment de ne jamais y arriver et d’une perte de confiance en soi. Ou encore à un divorce, le désordre étant une des premières causes de disputes dans les couples.

Tout cela paraît assez négatif, mais si notre maison peut avoir un impact tellement négatif sur notre vie, l’inverse est aussi possible. Notre maison peut vraiment avoir un impact positif sur notre quotidien. Nous redonner de l’énergie. Confiance en nous-même. Améliorer les relations avec un conjoint ou un enfant. Nous permettre de développer un projet personnel ou professionnel. Trouver l’âme soeur. Etc.

Mais je vous rassure, il n’est pas nécessaire d’aller jusqu’au minimalisme pour tirer les bienfaits d’une maison rangée.

Il n'est pas nécessaire d'aller jusqu'au minimalisme pour tirer les bienfaits d'une maison rangée.

Le minimalisme  ?

Dans mon travail je ne parle pas spontanément de minimalisme. Pour moi ce n’est pas un but en soi. Même si je sais que pour certaines personnes que je coache ça l’est. Mais d’autres pas du tout et c’est tout à fait ok pour moi. Ce n’est pas ça qui est important.

L’important c’est d’avoir une maison qui vous ressemble.

Au final, le but d’un travail de désencombrement est d’avoir une maison qui vous ressemble. Cette maison à laquelle vous aspirer, vous la visualisez ? Peut-être avec votre collection d’oeuvres d’art, ou celle de vos enfants. Avec une série d’ustensiles de cuisine digne d’un chef ou de 3 casseroles et 2 couteaux. Peu importe. Si cela vous convient vraiment, que cela vous apporte sérénité au quotidien, alors c’est très bien ainsi.

D’ailleurs quand on trie on peut choisir la méthode des émotions, personnellement c’est celle que je préfère. Se demander est-ce que cet objet m’apporte quelque chose de positif dans mon quotidien  ? Car l’objectif du désencombrement au final c’est de ne s’entourer que de choses positives.
On peut très bien avoir une collection de 50 figurines de chat, si chaque figurine m’apporte du plaisir, que j’ai la place, que je m’engage à les dépoussiérer, pourquoi pas  ?

L’objectif n’est pas d’avoir le moins possible, mais d’avoir une maison dans laquelle on peut se ressourcer.

L'objectif n'est pas d'avoir le moins possible, mais d'avoir une maison dans laquelle on peut se ressourcer.
L'objectif n'est pas d'avoir le moins possible, mais d'avoir une maison dans laquelle on peut se ressourcer.

Le minimalisme dans notre vie

On peut aussi appliquer les principes du minimalisme à d’autres aspects de notre vie. On peut réduire notre consommation matérielle bien sûr, mais aussi notre consommation d’informations. Ce flot constant d’informations via la télévision, la radio mais aussi et surtout notre téléphone portable avec ses nombreuses notifications, est une énorme source de stress. Quand on lit l’actualité, on parle plus de faits de société négatifs que positifs, à force d’entendre des évènements négatifs ça génère une angoisse chez nous. Je vous conseille donc d’éteindre télévision et radio et de supprimer les notifications de votre téléphone. Ces notifications nous interrompent à longueur de journée, nous fatiguent car nous sommes sans cesse interrompus. Supprimer les notifications de notre téléphone est un vrai coup de pouce pour notre santé.

Dans notre société, nous avons également une telle panoplie de loisirs à disposition, que nos agendas sont archi remplis. D’ailleurs si pour aller boire un verre avec votre meilleure amie il faut le planifier 3 mois à l’avance, c’est que votre agenda lui aussi aurait besoin d’un petit désencombrement. Là aussi on peut choisir de réduire sa consommation de loisirs, en faire moins, se laisser du temps pour ne rien faire. Quand avez-vous eu 5 minutes à ne rien faire ? Vraiment ne rien faire, même pas aller sur votre téléphone checker votre fil d’actualité  ? Ou faire des choses toutes simples, cuisiner avec les enfants. Se balader. Jouer à un jeu de société.

Un courant, à contre-courant

Au final, c’est vrai qu’on a parfois l’impression d’aller à l’encontre de cette société dans laquelle on vit. Tout nous pousse à aller plus vite, avoir plus, faire plus, travailler plus. Pour résumer, le minimalisme c’est tout le contraire. Avoir moins, faire moins, aller plus lentement, prendre le temps de vivre de manière simple et sereine.


Désencombrer est-ce écologique ?

En désencombrant on va créer beaucoup de déchets, est-ce vraiment écologique ?

C’est vrai qu’en triant les objets de sa maison, on va tellement jeter que notre poubelle va avoir une indigestion pendant un petit temps. Ce qui pousse certaines personnes à me dire que désencombrer ce n’est vraiment pas écologique. Qu’on va créer énormément de déchets.

Je donne

Tout d’abord, quand on désencombre on va beaucoup donner. Tout ce qui peut être donné (ou revendu si vous avez la patience et l’énergie de vendre) doit être donné. Mais attention, on ne donne que les objets qui sont en bon état. Les associations reçoivent malheureusement trop d’objets qu’elles doivent elles-même jeter et ça leur coûte cher. On va donc faire attention à ce qu’on donne. On aurait d’ailleurs parfois tendance à donner un objet en mauvais état car notre conscience écologique ne veut vraiment pas le jeter, mais je vous assure que c’est contre-productif.

Désencombrer et donner les livres

Je revalorise

Quand l’objet n’est plus en bon état, on peut trouver une filière pour le revaloriser. Ce n’est pas évident, surtout quand on doit trier les objets de toute une maison. Il existe par exemple des filières pour revaloriser certains textiles. Mais attention, comme l’industrie du textile produit de plus en plus de vêtements avec des matières mélangées, il est de plus en plus difficile de valoriser ce genre d’objet.

Donner quand on désencombre

Moins mais mieux

Le problème, c’est que nous vivons dans une société d’hyper consommation où nous avons produit tellement d’objets, souvent de mauvaise qualité, qui ne sont pas réparables que, tôt ou tard, on sera bien obligé de les jeter.

Car comme ils sont de mauvaise qualité, on ne peut pas les réutiliser, les valoriser ou les réparer. Par contre, ce qui est important, c’est qu’à l’avenir on se rende compte de cette hyper consommation et qu’on achète uniquement des objets dont on a vraiment besoin. Qui sont de très bonne qualité, dont on prendra soin car on les aura choisi avec attention et qu’on pourra réparer (un critère majeur pour un objet de qualité).

Prendre conscience de sa consommation  ?

Mais le plus important est qu’en triant ses objets on va prendre conscience de sa propre consommation.

Je me rappelle une paire de chaussures que j’avais achetées il y a quelques années. Dans le magasin elles étaient très jolies, un peu petites mais je me suis dit que le cuir ça se donne et qu’elles m’iraient. C’était les soldes, à 50% ça valait la peine.

Je les ai mises une fois à une soirée, j’ai tellement eu mal aux pieds que je ne les ai plus jamais portées par la suite. Le jour où j’ai trié mes chaussures, je suis retombée sur cette paire, j’étais bien obligée de constater que je n’allais plus jamais les mettre et là, ça fait mal de se dire qu’au final on a dépensé tellement d’argent pour rien.

Trier ses chaussures

Mais je me suis servie de cette expérience comme leçon et par après je n’ai plus jamais acheté une paire de chaussures parce qu’elles étaient en solde, qu’elles étaient juste jolies. Non, aujourd’hui j’achète des chaussures après mure réflexion (chez moi cette réflexion peut durer des semaines….). Est-ce qu’elles sont confortables  ? Est-ce que j’en ai vraiment besoin  ? Etc.

Trier ses objets permet donc de prendre conscience de sa consommation et de ses erreurs d’achat. Et d’acheter moins mais mieux.

Des armoires rangées pour acheter moins

Dans une maison désencombrée et rangée on voit aussi exactement ce que l’on possède. Quand on a une armoire remplie à 150% (oui c’est possible…), on ne voit plus ce qu’il y a dedans. N’avez-vous jamais racheté des piles car vous saviez très bien que vous en aviez, vous en aviez acheté au cas ou dernièrement, mais c’est tellement le fouillis dans les armoires que vous ne les retrouvez plus. Du coup quand vous en avez besoin, vous retournez au magasin. Vous remplissez encore plus votre armoire et 6 mois plus tard vous ne trouvez toujours pas ces fameuses piles.

Trier et désencombrer sa garde-robe c'est écologique

C’est un vrai cercle vicieux

Alors que quand on a bien désencombré et mis en place des rangements efficaces par la suite, on voit exactement ce que l’on a. On retrouve directement les piles, les ampoules, le papier collant, les balles de tennis qu’on utilise 3 fois par an, et les chapeaux de soleil pour les prochaines vacances.

Alors oui, dans un processus de désencombrement on va remplir un peu notre poubelle, après avoir essayé de revalorisé ce qui est possible. Mais c’est un mal pour un mieux.

 

Vous aussi vous avez ce sentiment de culpabilité quand vous jetez un objet que vous ne pouvez plus vraiment donner mais qui ne vous sert plus  ? Partagez-le moi en commentaire, on se sentira moins seules !

 

#trieravecsonenfant
#trierlesjouets
#lesenfantsrangent
#désencombrement
#familleminimaliste
#jerange
#minimalisme
#maisonrangée
#désencombrer
#éliminerledésordre
#moinsmaismieux
#homeorganising
#jetrie
#dominiqueloreau
#simplifiersavie
#viesimpleetzen
#jesimplifie


Comment se séparer des objets quand on a peur de manquer ?

Avoir de nombreux objets autour de nous peut nous rassurer car cela nous donne l’impression d’avoir un contrôle sur notre vie. Le problème, c’est qu’aujourd’hui nous avons tellement de tout que ça en devient insupportable.

Depuis que je fais ce métier, que je coache des personnes à désencombrer et ranger, j’en ai vu des maisons encombrées. Où que j’aille, un constat qui revient à chaque fois : tous les rangements sont remplis à 100%. Pourtant, nous avons tous acheté nos rangements vides, n’est-ce pas ?

Que ce soit une maison de 200 m2 ou un appartement de 80 m2. Qu’on y vive à 1, 2 ou 4 personnes. Que les enfants soient en bas âge ou qu’ils aient déjà quittés le nid. C’est toujours la même chose. Des rangements pleins. Mais aussi les espaces de stockage, le garage, la cave, le grenier, les chambres d’amis devenues débarras.

Conclusion, l’humain a peur du vide.

Encombrement d'objets, ranger pour retrouver sérénité et une maison rangée au quotidien

Dans une société d’hyper consommation d’objets mais aussi d’activités, de relations, de loisirs, de travail, le vide est quasiment inexistant. Quand était-ce la dernière fois que vous aviez 5 minutes à ne rien faire ? Car ici je parle surtout d’encombrement matériel, mais comme vous l’avez peut-être déjà vécu, quand on désencombre les objets on finit par désencombrer sa vie : informations, relations, activités, travail…

Le minimalisme est en plein essor. Les cours de méditation font fureur. Nous aspirons à plus de vide mais pourtant nous en avons peur. Quel paradoxe !

En fait, nous voulons retrouver un lieu de vie normalement encombré. Avoir quelques objets pour vivre c’est normal, en avoir trop c’est inhumain.

Un espace désencombré nous permet de respirer et de retrouver un quotidien plus serein
Un espace désencombré nous permet de respirer et de retrouver un quotidien plus serein

Pourquoi cette peur de manquer ?

Je pense que c’est ancré dans nos gênes, l’homme a évolué pendant des millions d’années et a survécu car il a pu accumuler nourriture, outils, vêtements, etc. C’était alors une question de survie. Aujourd’hui, nous ne sommes plus du tout dans cette situation, mais nos gênes sont toujours là.

Il y a aussi notre histoire personnelle, un réel manque dans notre passé peut laisser des traces dans notre vie d’aujourd’hui. Quand on a manqué étant enfant par exemple, on aura tendance à accumuler étant adulte.
Des parents ou des grands-parents qui ont vécu la guerre, une période où garder était une question de survie. Il fallait conserver chaque objet, accumuler la nourriture qui manquait. Ils ont vécu un réel trauma et ils l’ont transféré, malgré eux, à leurs enfants, qui vont à leur tour le transférer à leurs enfants. Á nous aujourd’hui, si nous avons l’impression de rentrer dans ce schéma, de nous en rendre compte et d’essayer de se défaire de ce comportement.

On peut aussi vouloir garder les objets par sentimentalisme, le souvenir d’un être cher, d’une période de notre vie. C’est d’ailleurs la raison la plus courante pour ne pas pouvoir se séparer d’un objet.

Bref, avoir autour de nous est rassurant, nous sommes certains de ne pas manquer. Mais aujourd’hui nous avons basculé dans l’autre extrême, nous accumulons bien plus que ce dont nous avons réellement besoin. Nous utilisons en moyenne 20% de nos objets 80% du temps. Donc oui, nous pourrions sans problème nous passer de la plupart des objets que nous possédons.

Je dirais même que pour bien vivre en bonne santé, il faudrait avoir moins d’objets, car l’encombrement nous étouffe et nous pèse.

Pourquoi cette peur de manquer ?

Comment faire pour arrêter d’accumuler par peur de manquer ?

Il faut avant tout se poser les bonnes questions pour arriver à relativiser et à se convaincre que vraiment je n’ai pas besoin de cet objet, que je peux vivre sans.

 

Que va-t-il m’arriver de grave si je n’ai plus cet objet ?

Rien ! Il n’y a pas un seul objet qui peut vraiment vous causer un ennui grave si vous ne l’avez plus. Et d’ailleurs quand on a moins d’objets, on devient plus créatif. Je n’avais plus de plat à tarte, depuis je fais des tartes dans un plat rectangulaire qui va au four. Je vous assure, les tartes ont le même goût.

 

Est-ce que je ne l’ai pas en double ?

Regardez tout les objets que vous avez en double. Combien de spatules en bois avez-vous ? (Avez-vous plus de 2 mains ?… ). Combien de draps de lit par personne ? (avez-vous plus d’un lit par personne ?…).

 

Que pourrais-je faire si je ne l’ai plus et qu’un jour j’en ai besoin ?

Ne pourriez-vous pas l’emprunter à un proche ou un système de location ? Peut-être pourriez-vous l’acheter en seconde main ?

 

Est-ce que je vais me souvenir de cet objet une fois qu’il a quitté ma maison ?

C’est très difficile de prendre la décision de se séparer d’un objet. Mais une fois l’objet parti, dans 99% des cas on ne s’en rappelle même plus. C’est fou à quel point un objet peut nous créer du souci quand il est là, mais dès qu’il est parti on l’oublie totalement.

 

Quelle est la probabilité que j’en ai vraiment besoin un jour ?

Il faut peser le pour et le contre entre le fait de garder autant d’objets qui finissent par nous étouffer et nous empêcher d’avancer dans notre vie. Et le fait qu’un jour peut-être j’aurai besoin d’un objet que j’ai éliminé et je devrai le racheter. Mais est-ce que ça vaut bien la peine de garder autant pour cette infime probabilité ?

Trier peut être difficile, il faut une bonne méthode et y aller petit pas par petit pas. Votre maison ne s’est pas encombrée en un week-end, vous ne la désencombrerez pas en un week-end non plus. Commencez par quelques chose de petit et de facile.

La peur de manquer ne doit pas être un frein au désencombrement

Accumuler les objets n’est pas une fatalité. Si vous êtes en train de lire cet article c’est que vous avez déjà pris conscience de votre situation. Que vous avez sans doute envie d’avoir moins. C’est l’étape la plus importante et parfois même la plus difficile.

Après avoir désencombré et éliminé le superflu, vous verrez votre vie changer. Pour certains, faire de la place dans sa maison leur permet de faire de la place pour un nouveau projet professionnel, pour accueillir un conjoint, un bébé ou tout simplement pour avoir du temps pour ce qui compte vraiment.

 

Où en êtes-vous dans votre travail de désencombrement ? N’hésitez pas à me le dire en commentaire.


Comment faire participer les enfants aux tâches  ?

Range ta chambre stp. Peux-tu mettre la table stp ? Fais la vaisselle. Range tes chaussures.
La réponse de la Petite Chérie ou du Petit Chéri : un silence absolu démontrant l’ignorance totale de notre demande. Parfois c’est un non catégorique. Et quand on a vraiment beaucoup de chance, elle le fait, mais à moitié et avec un sourire digne de l’enterrement de son doudou.

Vous aussi vous connaissez ce genre de situation ? C’est même votre quotidien ? Rassurez-vous c’est le lot de la grande majorité des parents. Et pourtant nos enfants sont programmés pour apprendre à faire ces tâches ménagères. OK, là vous vous dites, elle débloque complètement Céline. Ma fille programmée à participer aux tâches de la maison ? Je n’y crois pas ! Impossible !

Faire participer les enfants aux tâches pour les responsabiliser et leur donner confiance en eux

Les enfants sont programmés pour faire les tâches de ménage

N’avez-vous pas remarqué comme un bambin est attiré par tout ce que vous faites ? Ils nous « tiennent la jambe » pas pour nous embêter mais pour observer ce que nous faisons. Et apprendre pour pouvoir le faire à leur tour. Bref, ils nous imitent. Mais à force de leur dire d’aller jouer dans leur chambre, qu’ils sont trop petits ou qu’ils ne savent pas le faire bien, on les brime et ils perdent petit à petit de cet intérêt, qui est inné.

Et un jour, autour de leur dixième année, on se dit qu’il est grand temps qu’ils participent aux tâches ménagères et on leur demande de mettre la table, vider le lave-vaisselle ou encore passer la serpillère. Mais ils n’ont jamais vraiment appris, quand l’enthousiasme était à son comble. Ils ont plutôt appris à jouer seul (ou avec leurs frères et soeurs), à regarder un écran, bref à s’occuper, si possible le plus loin de la cuisine ou de la buanderie.

J’ai eu ce déclic il y a peu de temps, j’avais donc très envie de partager avec vous mes premières expériences et réflexions à ce sujet. Comment je fais pour faire participer mes enfants aux tâches de ménage, ils ont aujourd’hui 18 mois et 4 ans et demi.

Comment faire  ?
Faites les tâches devant eux, ils suivront

Le plus simplement possible. Faites vos tâches, si l’enfant montre un intérêt laissez-le observer. S’il veut faire, laissez-le essayer, sans le corriger. Les enfants se corrigent eux-mêmes par essais et erreurs et surtout par mimétisme.

Ne pas surféliciter un enfant. Faire les tâches de ménage, rendre service c’est normal. Si on s’exclame avec des grands « hoooo » ou des grands « waouw c’est magnifique, tu es quand même vraiment géniale et douée pour éplucher les pommes de terre », ça va sembler faux et surtout cela va donner l’impression que c’est un comportement exceptionnel. Alors que c’est normal de participer aux tâches de la famille.

On montrera de la reconnaissance en acceptant ce que l’enfant a fait  : cuisiner les courgettes même si elles sont coupées un peu trop grosses, laisser l’enfant ranger sont pyjama dans l’armoire même s’il n’est pas plié convenablement. Vous l’aurez compris cela demandera un certain lâcher prise.

Ne jamais forcer

Il est important de ne jamais forcer. On peut proposer à un enfant de temps en temps de nous aider, «  veux-tu m’aider à éplucher les pommes de terre  ?  ». Si l’enfant accepte, tant mieux, s’il ne veut pas c’est pas grave.

Plus les enfants sont petits, plus leur capacité de concentration est petite. C’est donc normal si après 2 pommes de terre et demie, petite Chérie décide de quitter la cuisine pour aller jouer avec ses figurines Pat Patrouille. Vous voulez leur apprendre à finir la tâche qu’ils ont commencée  ? Définissez avec elle avant le nombre de pommes de terre qu’elle va éplucher. Sous-estimez le nombre qu’elle fera pour ne pas devoir forcer à terminer.

Plus de temps pour moi

Avant, j’avais tendance à vouloir faire les tâches quand mes enfant n’étaient pas dans « mes pieds ». La grande devant un écran et le petit distrait avec un jouet. Je passais mon temps à essayer de les occuper pour pouvoir rapidement faire à manger, rapidement faire une lessive vite fait bien fait.

Maintenant, je fais avec eux. Je laisse le petit ramasser le linge pour le mettre dans la machine à laver, il adore  et c’est très mignon de voir ce petit chéri de 18 mois galoper à 4 pattes avec une chaussette à la main jusqu’à la machine à laver  !

Faire participer dès tout petit. pour leur donner confiance en eux et de bonnes habitudes

Je laisse la grande préparer le riz, éplucher les légumes. Bien sûr, ça prend plus de temps. Je vais passer peut-être 45 minutes sur le repas plutôt que 30 minutes. Très égoïstement, je vois ça comme un investissement sur le court terme, ce que je fais avec eux, je ne dois plus le faire le soir.

D’ailleurs à présent je ne fais quasi aucune tâche quand mes enfants ne sont pas là. Le soir quand ils dorment je me repose. Ainsi les enfants prennent conscience des tâches à faire, car non les vêtements ne reviennent pas tout seuls par magie propre dans l’armoire.

Et sur le long terme c’est un investissement car plus tard ils sauront naturellement comment (bien) faire les tâches.

Si ce n’est peut-être pas encore possible pour vous au quotidien par manque de temps, faites le uniquement quand c’est possible, le week-end par exemple.

Quand les enfants participent aux tâches du ménage ils prennent confiance en eux. Ils ont le sentiment de participer à la vie de famille, d’être une pièce intégrante et non une petite princesse mise sur un piedestal pour qui on fait tout. Plus ils participent maintenant, plus ils participeront à l’avenir, petit à petit cela va devenir une habitude, quelque chose de naturel et ancré.

Lâcher prise

Cette façon de faire demande un énorme, mais vraiment un énorme lâcher prise. Dans notre culture, on a tendance à vouloir tout contrôler, moi la première. Mais là, la vitesse d’apprentissage de l’enfant, ses compétences, sa volonté, sortent de notre zone de contrôle. Il va donc falloir lâcher prise sur la motivation de l’enfant, il le fera quand il le voudra. Et sur le résultat, il le fera comme il le voudra.

Pour autant que cela ne gêne pas le bon déroulement des tâches et la santé de chacun. Écrabouiller le chat car Petit Chéri a lancé l’aspirateur dans l’escalier, on va éviter. Ou verser le contenu de la poudre à lessiver dans le canapé n’est pas recommandé non plus. Par contre éplucher les pomme de terre à moitié, plier le linge de manière imparfaite (à nos yeux), passer le balai sans faire les coins, ce n’est pas grave. Il faut donc s’adapter, faire preuve d’une très grande patience et lâcher prise, ça ne durera pas toute la vie, profitons-en 🙂

Et si c’est trop tard  ?

Plus l’enfant est petit, plus facile ce sera de leur donner envie. Et là vous vous dites, et bien pour moi c’est raté car mes enfants ont déjà 10 ans et je ne les ai jamais fait participer aux tâches.

Soyez rassurée, les enfants sont très flexibles, ils s’adaptent facilement à une nouvelle façon de faire, ça prendra peut-être un peu plus de temps et de persévérance que pour un bambin de 2 ans, mais ça va venir. Le principal est de rester positive et ne jamais forcer.

Est-ce que cette méthode fonctionnera avec toute les enfants 100% du temps ? Vous en connaissez vous une méthode pareille ? Non. Tous les enfants sont différents, mais est-ce que ça ne vaut pas la peine d’essayer ?

Et honnêtement, je ne vois pas ceci comme une méthode, mais plutôt une façon de vivre avec nos enfants. De faire les choses ensemble, pour apprendre les bases d’une vie ordonnée et agréable, en toute complicité et respect mutuel.

#lesenfantsrangent #enfanttâchesdeménage #lesenfantsparticipent #familleminimaliste #monenfantfaitleménage #rangementenfant #sorganiserenfamille


5 astuces pour un hall d’entrée en ordre

Le hall d’entrée, la première pièce que l’on voit quand on rentre chez soi, qui nous donne le ton pour le reste de la maison. La pièce qui accueille nos invités. Mais souvent aussi une pièce qui fait office de dépôt, de stockage. Bref une pièce souvent en désordre et encombrée. Dans de nombreux cas, elle n’est pas très bien aménagée car c’est un espace exigu ou mal agencé.

Le sol est jonché de cartables, boîtes à tartines, sacs de sport, quand le petit dernier vient y fouiner on retrouve la boîte à tartines ouverte avec le reste de repas…. mâchouillé un peu partout. Les affaires de sport de la grande, d’une odeur douteuse, éparpillées.

Comment faire pour éviter ce genre de mauvaises surprises et avoir un espace qui nous accueille avec le sourire au quotidien  ?

1. Vider vider vider !

Une cause de désordre assez fréquente et qui nous fait gaspiller énormément de temps à chercher nos affaires, c’est de laisser des objets dans nos sacs, poches et autres contenants que nous emportons à l’extérieur.

Une habitude très facile à mettre en place est de tout vider quand on rentre chez soi. Son sac à main mais aussi les autres sacs, ses poches, la poussette, le caddie, les paniers, les cartables, les sacs de sport, etc.

Déterminer une place pour chaque objet. Un petit panier pour y déposer le contenu de votre sac à main. Un panier pour les sacs divers de courses, de sport, etc. Un porte-manteau pour les sacs à dos.
Tout objet doit avoir sa place de rangement et chaque rangement son objet.

Vider son sac pour un hall d'entrée en ordre. Désencombrer et trouver les rangements adéquats

2. Rangements sans freins

On range tous les jours son manteau, ses chaussures, son sac. Un frein au rangement va nous empêcher de ranger et faire que le désordre s’accumule. Personne n’est fainéant, ce sont les rangements qui ne sont pas adaptés. Il faut donc éliminer les freins. Qu’est-ce qu’un frein ? Ranger un sac devant une armoire empêche de l’ouvrir. Un portemanteau encombré empêche d’accrocher son manteau. Éliminer ces freins permettra de ranger plus facilement et donc, pour beaucoup, de ranger tout simplement.

Les enfants en-dessous d’un certain âge vont avoir du mal à ranger leur veste sur un porte-manteau en hauteur. Si on veut les responsabiliser et donc qu’ils rangent eux aussi leurs affaires, il faut leur en donner la possibilité. Leur proposer un porte-manteau à leur hauteur. Une armoire à chaussures facile d’accès. Une simple étagère ou quelques planches sur une bibliothèque suffisent parfois. Coller une étiquette avec un petit dessin leur permet de se rappeler quelle planche est la leur.

Une armoire à chaussures toujours rangée grâce à un bon désencombrement et un bon tri et des rangements adaptés aux enfants

3. Pas de place dans le hall  ?

Pourquoi ne pas ranger manteaux ou chaussures dans une pièce adjacente au hall d’entrée ? On peut envisager une jolie armoire à chaussures et qui ne ressemble pas à une armoire à chaussures à l’entrée du salon.

Chez nous, nous rangeons nos chaussures dans une jolie bibliothèque avec des portes. Personne ne croirait que ce sont les chaussures qui s’y cachent. Pour un rangement optimal dans des logements qui sont de plus en plus petits, il faut pouvoir réfléchir autrement.

4. Bonnes habitudes

Vider son sac à main. Sortir sa boîte à tartines. Ranger ses chaussures dans l’armoire. Tout ça sont des bonnes habitudes. Une fois que les rangements sont bien adaptés aux objets que vous devez ranger, il faut mettre en place de bonnes habitudes. Il faut en moyenne 20 jours ou 20 répétitions pour qu’un geste devienne une habitude, c’est-à-dire ancrée et inconsciente.

Ma fille est rentrée à l’école il y a un peu plus d’un an, elle avait alors 3 ans. Dès le début, je me suis donnée la mission de lui apprendre à vider son sac en rentrant de l’école. Il a fallu presque 1 an pour qu’elle le vide spontanément et dépose gourde et boîte à tartines dans la cuisine. Il a donc fallu le répéter… 150 fois. Patience et persévérance ont payé…

Prendre de bonnes habitudes comme vider directement la valise quand on rentre de vacances. Désencombrer pour mieux ranger et vivre plus sereinement

5. Désencombrer

Vous n’arrivez pas à pendre facilement votre manteau car il n’y a plus de crochets libre ? Les enfants n’arrivent pas à ranger leurs chaussures car il y en a trop dans l’armoire ? L’encombrement est le premier frein au rangement. Pour ranger facilement, la base est d’avoir des armoires désencombrées. Gardez en moyenne 30% de vide dans vos armoires. Ça aidera tout le monde à ranger plus facilement et donc plus souvent.

Retrouver un hall d’entrée accueillant, en ordre, où tout le monde retrouve facilement ses affaires, c’est possible. Il est rarement nécessaire d’acheter de nouveaux rangements, dans la grand majorité des cas nous avons tout ce qu’il faut à la maison. Mais si vous devez absolument en acheter, pensez simplicité d’utilisation. Rappelez-vous, le moins de geste possible est la base d’un bon rangement, qui perdure dans le temps. Après avoir désencombré bien sur 😉

 

#désencombrer #halldentreerangé #jorganisemamaison #jerange #lesenfantsrangent #ECOZY #viesimplifiée #jesimplifie #chaussuresrangées #armoireàchaussures #portemanteau #